«

»

PMA : un couple de lesbiennes a un bébé métis et porte plainte… bienvenue dans le monde marchand ! …

Lu dans ALETEIA :

« 

À Chicago, Jennifer Cramblett attaque en justice la banque du sperme qui lui a permis d’avoir un bébé : celui-ci est métis, alors qu’elle avait demandé un donneur blanc….

 

Voilà une nouvelle affaire qui contribue à saisir la folie dans laquelle peuvent entraîner les questions de PMA et de GPA, le droit à l’enfant réclamé par les couples homosexuels. Un désir humain, mais qui peut aussi être assouvi aux détriments des droits et du bonheur de l’enfant lui-même.

À l’origine de cette histoire se trouve… un simple problème d’étiquetage qui aurait causé l’échange : au lieu du donneur 380, « un homme blanc aux yeux bleus », conformément à sa demande, Jennifer a reçu le sperme du donneur 330, un afro-américain…  « C’est difficile pour nous d’élever une enfant noire dans une communauté blanche et conservatrice », se justifie le couple de lesbiennes, qui attaque en justice la Midwest Sperm Bank, responsable de l’erreur. L

a banque a reconnu son erreur et à fait parvenir à sa cliente une lettre d’excuse et un chèque. Mais la cliente lésée estime que cette réparation n’est pas à la hauteur du préjudice subi. Selon ABC News, elle exigerait au moins 50 000 dollars en dommages et intérêts.

On savait déjà combien vaut le fait de payer une femme pour porter son enfant en Californie, en Inde ou en Grèce. On connaissait aussi le prix du billet de train pour donner naissance à un bébé Thalys en contournant la loi française.

Maintenant l’on saura également à combien est estimée la (bonne) couleur de peau engendré d’un enfant par PMA…   « Comment ont-ils pu commettre une erreur sur un sujet aussi personnel ? » s’interroge la maman, sans jamais remettre en question ses propres choix.  L’essentiel est que cette « erreur » aura donné naissance à une jolie petite fille, Payton, qui serait aimée par sa mère et sa compagne Zikon. Il n’est pas question de la  » rendre « … Mais la maman affirme qu’elle ira jusqu’au bout de son combat pour que « de telles erreurs ne se reproduisent plus « … « C’est une vie que l’on a créée, il faudrait prendre toutes les précautions pour être sûr de le faire bien », explique-t-elle. 

 

2015-04-26

pma