«

»

Ce n’est pas l’élection d’une personne providentielle qui nous sauvera de cette décadence culturelle …

 

Lu sur le Salon Beige :

- Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus… -

FIC134367HAB40Rod Dreher, père de famille, chrétien fervent et journaliste renommé (The American Conservative), né méthodiste, s’était converti au catholicisme en 1992, avant de rejoindre l’Orthodoxie en 2006. Les éditions Artège publient le 20 septembre son dernier essai sur « Le pari bénédictin », indiquant comment les chrétiens de toutes obédiences vont devoir résister aux fléaux de la modernité, comment vivre leur foi dans un monde sécularisé devenu de plus en plus hostile à l’Évangile.

Avec des accents qui rappellent les analyses de Jean Ousset et de Marcel Clément, l’auteur décortique les racines de la crise de nos sociétés occidentales : nominalisme, Renaissance, Réforme, Révolutions (française, industrielle et sexuelle). Et il note que ce n’est pas l’élection d’une personne providentielle qui nous sauvera de cette décadence culturelle. D’emblée, il place les chrétiens face à une réalité que beaucoup refusent de voir :

« Jésus-Christ a promis que les portes de l’Enfer ne sauraient atteindre son Eglise, mais Il n’a pas promis qu’elles ne la vaincraient pas en Occident« .

Notre civilisation se suicide sous nos yeux et la logique voudrait qu’elle devienne ce qu’est devenu l’Afrique du Nord lors de la conquête musulmane : des centaines d’évêchés anéantis, des chrétiens réduits en dhimmitude, des Etats disloqués.

Face à cette catastrophe qui semble inéluctable, Rod Dreher rappelle l’exemple de Saint Benoît, le père de l’Occident, qui, par sa Règle et la fondation de monastères tournés vers la contemplation, a permis à l’Eglise de survivre aux barbares et à l’âge sombre qui a suivi la chute de Rome. Par cette analyse, Rod Dreher se fait l’écho du fameux discours de Benoît XVI aux Bernardins en 2008. Face au déluge de la modernité, Rod Dreher appelle à quitter les mirages de la politique et à lancer ce « pari bénédictin ». Ces chrétiens ont

« accepté de reconnaître cette vérité que la politique ne nous sauvera pas. Plutôt que d’essayer de rafistoler l’ordre établi, ils ont reconnu que le royaume auquel ils appartiennent n’est pas de ce monde, et ont décidé de ne pas compromettre cette citoyenneté ».

« Il n’est pas question d’abolir sept cents ans d’histoire : c’est impossible. Il n’est pas non plus question de sauver l’Occident. Ce que nous devons chercher à faire, c’est construire un mode d’existence chrétien qui surplombe l’océan agité de la modernité comme un îlot où se conservent la sainteté et la stabilité. Nous ne voulons pas créer un paradis terrestre, mais trouver le moyen de rester forts dans notre foi en un temps de mise à l’épreuve. »

Prenant notamment exemple sur les dissidents soviétiques, comme Vaclav Havel, il appelle à mener « une politique antipolitique » :

« Dans les années qui viennent, il nous faudra probablement choisir entre être un bon Américain, un bon Français, etc., et être un bon chrétien ».

S’inspirant de la Règle de saint Benoît, Rod Dreher appelle à remettre dans notre vie quotidienne, de l’ordre, la prière, le travail, l’ascèse, la stabilité, la communauté, l’hospitalité et l’équilibre. Il cite Vaclav Havel, expliquant  que :

« La meilleure résistance au totalitarisme vient tout simplement de notre âme, de notre condition, de notre terre, de l’humanité d’aujourd’hui« .

Et ainsi, 

« Les communautés issues du pari bénédictin peuvent même devenir, à l’occasion, des témoins à charge contre la culture du sécularisme, en s’opposant par contraste à des politiques sociales et économiques de plus en plus froides et indifférentes. Les Etats ne pourront bientôt plus répondre à tous les besoins des peuples, surtout si les prédictions sur l’augmentation des inégalités se réalisent. La compassion chrétienne, qui repose sur la croyance dans la dignité de l’homme, deviendra une option particulièrement attirante, tout comme l’avait été l’Eglise des premiers temps à l’heure du déclin du paganisme et de l’effondrement de l’empire romain.

Voici comment se lancer dans la politique antipolitique. Coupez-vous de la culture dominante. Eteignez votre télévision. Débarrassez-vous de vos smartphones. Lisez des livres. Jouez. Faites de la musique. Dînez avec vos voisins. Il ne suffit pas d’éviter ce qui est mauvais : il faut adopter ce qui est bon. Créez un groupe dans votre paroisse. Ouvrez des écoles chrétiennes ou aidez-en une existante. Jardinez, plantez un potager et participez aux marchés locaux. Enseignez la musique aux enfants et aidez-les à monter un groupe. Engagez-vous chez les pompiers volontaires.

Il ne s’agit pas d’arrêter de voter ou de s’engager en politique, mais de comprendre que ça ne suffit plus. Depuis vingt ans, le mouvement pro-vie a compris qu’il serait impossible à court terme de supprimer le droit à l’avortement. Il a donc choisi une stratégie plus large. Tout en poursuivant son activisme auprès des décideurs, il a créé localement des centres d’accueil et d’écoute pour les femmes enceintes désorientées. Ces centres sont rapidement devenus des éléments essentiels à l’avancée de la cause, et ils ont sauvé d’innombrables vies. C’est un modèle qu’il nous faut suivre. »

Posté le 27 août 2017 à 16h10 par Michel Janva

 

2017-08-28