«

»

Michel Onfray: « Michel Houellebecq a diagnostiqué l’effondrement spirituel de notre époque » …

 

Lu sur le Figaro Vox :

onfray

- A l’occasion de la parution de son dernier livre, Miroir du nihilisme, Houellebecq éducateur, Michel Onfray a accordé un entretien fleuve au FigaroVox. Il y décrypte la philosophie de l’auteur de Soumission.

- Michel Onfray philosophe et essayiste. En septembre, il publie deux livres consacrés à des auteurs qu’il admire: Vivre une vie philosophique: Thoreau le sauvage et Miroir du nihilisme. Houellebecq éducateur. –

FIGAROVOX.- Vous publiez aux éditions Galilée, Miroir du nihilisme, un essai consacré à Soumission de Michel Houellebecq. Vous êtes longtemps passé à côté de l’œuvre de ce dernier. Pourquoi son dernier roman vous a-t-il fait changé de point de vue?

 

Michel ONFRAY.- J’avais aimé la performance littéraire d’Extensiondu domaine de la lutte qui était vif et bref, rapide et percutant. Les autres romans m’avaient paru techniquement moins rapides. J’aime les stylistes et les textes qui vont vite. Voilà pour la forme.

Pour le fond, j’avais commis l’erreur de croire que le diagnosticien du nihilisme consentait au nihilisme, s’en réjouissait même, voire, s’y complaisait… C’était une erreur. C’est confondre le cancérologue qui diagnostique la pathologie avec le cancer, la pathologie qu’il a diagnostiquée. J’étais, selon l’image bien connue, l’imbécile qui regarde le doigt quand le sage lui montre la lune!

Soumission m’a plu parce qu’il renoue avec la vitesse d’Extension. Il m’a éloigné du doigt et ramené à la lune quand j’ai constaté chez Michel Houellebecq la grande souffrance qui était la sienne à se savoir, se voir, se constater, s’expérimenter corporellement et spirituellement tel un sismographe de notre époque en cours d’effondrement.

En termes hégéliens, il est le grand homme choisi par l’Histoire pour qu’il en fasse la narration. Il est au cœur nucléaire du processus de Ruse de la raison. Le savoir, ce qui est son cas, car il est d’une redoutable lucidité, c’est affronter les plus grands tourments.

En quoi Houellebecq est-il le romancier du nihilisme?

En tant que sismographe, il enregistre toutes les secousses en rapport avec la tectonique des plaques civilisationnelles: il a diagnostiqué l’effondrement spirituels des générations produites par des parents soixante-huitards, l’écœurement d’une sexualité indexée sur la seule performance, la marchandisation des corps et des âmes, des carrières et des pensées, la contamination de l’art contemporain par le snobisme et le marché, la tyrannie de l’argent en régime libéral, la fin de la France depuis l’abandon de sa souveraineté lors du Traité de Maastricht.

Mais aussi la veulerie du tourisme sexuel en Asie, le caractère inéluctable de l’engagement de nos civilisations occidentales vers le projet transhumaniste, l’effondrement de la religion judéo-chrétienne et des valeurs qui l’accompagnaient, et, avec Soumission, le processus de collaboration des élites avec les idéologies liberticides – ici un islam francisé.

Depuis 1994, Michel Houellebecq dépèce minutieusement le Veau d’or – c’est en cela qu’il est le grand romancier du nihilisme occidental… »

 

lire la suite sur le Figaro Vox

 

 

2017-10-08