«

»

L’épisode refondateur de La Manif pour tous : Naissance de la DROITE de MASSE, un peuple de droite RESSUSCITÉ

 

Lu dans SLATE :

LMPT étoile

« …

L’épisode (re)fondateur de La Manif pour tous

La fin du gaullisme militant, de ses codes et symboles, provoqua un vide qui fut vite comblé. Historiquement, comme l’a rappelé Danielle Tartakowsky dans Les droites et la rue, la droite n’est pas étrangère à la rue.

Longtemps, elle en fut l’une des occupantes assidues. Il est vrai que, depuis 1945, les deux seules grandes manifestations présentées comme «de droite» étaient la manifestation du 30 mai 1968 en soutien au général de Gaulle et la manifestation pour l’école «libre» en 1984.

L’élection de François Hollande ranima cette passion de la droite pour la rue, sur laquelle, à des moments différents, Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé et François Fillon ont pensé pouvoir s’appuyer. Pour François Fillon, le peuple de droite actuel est un excellent substitut à l’antique gaullisme populaire, et c’est au cours du dernier quinquennat qu’il a acquis une puissance spectaculaire.

En 2012-2013, à l’occasion du débat sur le «mariage pour tous», la Manif pour tous vit le jour. Au confluent du monde catholique conservateur, reconfiguré en quatre décennies par la montée en puissance des communautés charismatiques et la fin du conflit liturgique au cours des années 2000, la France la plus catholique se mobilisa.

Elle rencontra en chemin un peuple de droite doublement déstabilisé. La création de l’UMP avait précipité la droite dans une période de quasi-vide idéologique et engendré une puissante crise existentielle.

La défaite de Nicolas Sarkozy privait la droite de leader légitime et libérait ainsi un peuple de droite radicalisé et motivé. Les ingrédients de la naissance d’un mouvement social conservateur étaient réunis. Le conservatisme d’inspiration catholique disposait de la cohérence idéologique et des réseaux suffisants pour devenir le point d’irradiation idéologique du peuple de droite.

Nicolas Sarkozy avait, dans les années 2000, compris la puissance idéologique des thèses issues du catholicisme conservateur et il y avait puisé les éléments d’une idéologie de substitution à la défunte mythologie gaulliste.

Cette droite de masse là est, dans ses références et sa vision de l’histoire de France, le plus souvent indifférente ou hostile à la tradition historiographique gaulliste. Elle a ses propres références, ses médias, ses réseaux de solidarité, ses œuvres humanitaires, etc…

On y lit avec passion Eric Zemmour et Philippe de Villiers, on lit également Causeur et Valeurs Actuelles. On y voue parfois une véritable passion pour les thèses originales et décalées de Reynald Secher sur les guerres de Vendée. Cette droite de masse navigue à quelques encablures d’André Malraux, tout de même…

… »

lire l’article complet dans SLATE

par Gaël Brustier

2017-03-08