«

»

L’école, l’islam et l’Histoire : nos enfants en danger, par Bruno Riondel, professeur dans le secondaire …

Où va l’école de nos enfants ? Les familles doivent savoir : ici, le témoignage d’un professeur d’histoire…

 

Lu dans le salon beige :

« 

Le FigaroVox interrogeait Bruno Riondel, « professeur d’Histoire dans l’enseignement secondaire, auteur du livre Considérations inconvenantes, sur l’école, l’islam et l’histoire en France à l’heure de la mondialisation. (Éditions du Toucan) ».

Dans la première partie de l’entretien, Bruno Riondel montre le décalage énorme entre l’école de la république et les élèves musulmans, que le laxisme toujours plus grand de l’institution incite à des exigences communautaristes toujours plus importantes. Puis il montre à quel point l’enseignement de l’histoire est aujourd’hui dévoyé, au point d’empêcher l’intégration de la population musulmane.

[…] « La première affaire du voile à Creil en 1989 serait «une manœuvre dirigée par des fondamentalistes musulmans» pour tester la République. Ne tombez-vous pas dans la «théorie du complot»?

Les Frères musulmans incitent les femmes à se voiler ; c’est là un moyen politique pour tester la résistance des pouvoirs publics. A Creil, en 1989, alors que l’ensemble des musulmanes de France ne portaient pas de voile, il suffisait aux jeunes filles de le retirer pour satisfaire à l’exigence légitime du chef d’établissement. Au lieu de cet acte de bonne volonté, un rapport de force fut créé par les musulmans et une résistance communautaire s’organisa.

Il s’agissait bien d’un acte d’affirmation conçu et piloté par des responsables islamiques, le premier auquel d’autres succèderont. L’islamologue Gilles Kepel, que l’on ne peut soupçonner de «complotisme», rappelle dans son ouvrage intitulé «terreur et martyr» qu’en 2004, l’UOIF «encouragea les élèves qui désiraient se présenter voilées à l’école ou au lycée (…) de manière à créer un contentieux juridique qui serait mené jusqu’aux tribunaux européens…». Ne soyons pas naïfs.

Vous considérez que l’enseignement de l’histoire est, lui aussi, victime d’accommodements ?

Les ouvrages et les programmes présentent un islam médiéval révisé, tolérant et défenseur des savoirs, alors qu’ils stigmatisent l’Occident chrétien, un monde sombre marqué par les croisades, l’Inquisition ou l’emprise religieuse sur les sociétés. Curieusement les concepteurs des programmes s’alignent sans nuances sur le point de vue musulman.

Quant aux pédagogues du site Eduscol, chargés de problématiser les questions proposées par les programmes, ils affirment à propos de l’histoire islamique qu’«il faut rechercher non ce qui est réellement arrivé, mais le sens que prennent ces textes dans un univers culturel différent».

La réalité passée est ainsi escamotée par une approche subjectiviste alors que la science historique exige de l’objectivité. L’impression donnée est celle d’une sagesse islamique qui éclaire un sombre moyen âge.

Une telle perception est le fruit d’un postulat idéologique fondé sur de bons sentiments dans le but de favoriser le vivre ensemble ; elle traduit aussi la naïveté de ses concepteurs qui contribuent à endormir les jeunes sur le réel passé d’une civilisation qui ne fut pas aussi progressiste que certains le prétendent. De plus, l’histoire occidentale est diabolisée par la culpabilité qui affecte ses promoteurs.

A cet égard que pensez-vous de la récente polémique sur les nouveaux programmes d’histoire?

Je pense qu’elle est très révélatrice d’une volonté idéologique d’atténuation de la culture dominante avec des enseignements sur le christianisme et les Lumières devenus facultatifs, alors que l’enseignement obligatoire de l’histoire de l’islam est renforcé.

Cela traduit la volonté du pouvoir de promouvoir une culture exogène à égalité avec la culture endogène, au nom du multiculturalisme et d’un vivre ensemble républicain. Il s’agit de favoriser l’inclusion de la communauté musulmane – et non plus l’intégration des musulmans- dans la communauté nationale et de forger à une échelle plus vaste une nouvelle culture globale, détachée des déterminismes identitaires et religieux.

C‘est là un projet généreux et naïf de l’instant présent qui ne tient pas compte de l’influence des racines spirituelles des cultures. Le retour inévitable du réel sera d’autant plus douloureux que les musulmans, eux, n’oublient pas leurs fondements culturels et inscrivent leur action dans le long terme de la tradition islamique.

Vous écrivez que l’histoire doit être un moyen de restaurer la fierté nationale. Est-ce vraiment son rôle?

En partie oui. L’enseignement de l’histoire à l’école a une dimension civique évidente. Il assure la cohésion d’un peuple. L’histoire enseignée n’est jamais neutre. Ainsi, l’histoire repentante sert le multiculturalisme par abaissement de la culture dominante diabolisée et rehaussement des autres cultures posées en victimes de l’histoire.

Notre histoire nationale n’a ainsi rien d’attrayant pour susciter le désir d’identification des jeunes issus de l’immigration et si nous voulons réellement les intégrer, nous devons leur donner l’envie d’adhérer au récit national ; pour cela il faut qu’ils en tirent des motifs de fierté. Et ceux-ci sont nombreux dans notre histoire. »

Et c’est un prof qui le dit; ça fait du bien !

Posté le 19 septembre 2015 à 23h40 par Marie Bethanie

 

2015-09-20

pétition réforme collège