«

»

Le patriarche Cyrille, chef de l’Église orthodoxe russe, approuve le soulèvement de La Manif Pour Tous …

 

 

Lu sur Boulevard Voltaire :

La-petition-de-la-Manif-pour-tous-en-debat_article_main

Le sujet Manif pour tous revient dans l’actualité à propos d’une déclaration du patriarche orthodoxe de Moscou relayée par Le Figaro. À l’occasion de la visite en France de Vladimir Poutine, le chef de l’Église orthodoxe russe a en effet déclaré que les manifestants de 2013 ont agi « pour les mêmes raisons que lorsqu’ils se sont soulevés contre les lois fascistes et pro-apartheid ». « Quand la législation déchire le lien avec la morale, elle cesse d’être une législation acceptable pour les gens, elle génère des protestations. »

D’aucuns diront sans doute que le patriarche Cyrille (Kирилл) devrait se mêler de ses affaires. Ce serait là oublier qu’il ne s’agit pas d’un chef d’État se prononçant sur la politique intérieure d’un autre État – ce dont ne se privent pas nos modernes démocrates occidentaux lorsqu’il s’agit de la Russie – mais d’un chef spirituel. Et il n’est pas interdit à un responsable religieux de donner son avis sur une évolution sociale qu’il juge, à tort ou à raison, nocive à la personne humaine.

Le propos du patriarche est intéressant, parce qu’il met en évidence la cause première, profonde, de l’opposition à la loi Taubira. Quatre ans après, le recul sur les événements permet de dégager l’essentiel, une fois tombés les masques hypocrites de ceux qui, par phénomène de mode ou opportunisme politique, se sont encanaillés sur les boulevards de Paris.

Patrick Buisson, dans une remarquable conférence tenue le 16 mai dernier à Versailles, évoquait la Manif pour tous comme « l’acte de naissance de ce que j’ai appelé un populisme chrétien, renouvelant le fondement théorique du conservatisme en même temps qu’elle a concrétisé la fracture entre une droite purement économiste, et une droite spiritualiste affirmant la supériorité de l’esprit sur les valeurs utilitaires et marchandes. »

La cause première de cette révolte d’une partie de la population n’est pas, en effet, un quelconque moralisme dont notre époque est si friande, à condition qu’il vienne de la gauche. Il est, profondément, la conscience de ce que la société glisse peu à peu vers une forme d’économisme déshumanisé, qui fait de la satisfaction des revendications individuelles immédiates la condition unique du bonheur de l’homme.

Un bonheur factice, matérialiste et fugace, qui ne repose que sur une notion instable et mouvante de « droit à ».

Oui, les manifestations de 2013 sont la marque d’un conservatisme considéré dans son sens originel : celui qui conserve les fondements de la société, de l’humanité, la permanence de la nature humaine. Que la plupart des manifestants aient été incapables de l’exprimer clairement n’a aucune importance, sinon médiatique.

Elle confirme, au contraire, l’enracinement d’une idée si profonde qu’elle n’a pas besoin d’être exprimée. Dans une société aussi cartésienne que la nôtre – « en apparence seulement, puisqu’il y a longtemps que la raison a laissé la place à l’émotion » -, une telle idée est vue comme une forme de fanatisme, d’intégrisme. Quelle importance ? Les médias et les « penseurs » contemporains sont incapables de la comprendre sans la caricaturer.

« Quand la législation déchire le lien avec la morale, elle cesse d’être une législation acceptable pour les gens. » Remplacez le vilain mot « morale » par le gentil mot « éthique », et ce principe peut être entendu par tous. Que le législateur rétablisse la peine de mort, l’esclavage ou dépénalise l’inceste, et ce principe deviendra lumineux pour la majorité de la population. On devrait plus souvent écouter les chefs spirituels…

par

2017-06-11